Le plan de PTE (ou plan de passerelles)


Il s’agit d’un extrait de la vidéo de formation.
La version complète est réservée à nos clients.
Cliquez ici pour commander un accès ou connectez-vous si vous en avez déjà un.


Transcription de la vidéo

Aujourd’hui nous allons découvrir comment réaliser un plan de Plateformes de Travail en Encorbellement, dont l’abréviation est PTE. Les PTE sont communément désignées sous le terme de « passerelles ».

Tout d’abord, voici quelques explications sur ce matériel.

Une PTE est un matériel monobloc que l’on accroche sur la façade d’un bâtiment et qui, une fois mis en place, se trouve en « encorbellement », c’est-à-dire suspendu au-dessus du vide. Il s’agit d’un matériel destiné aux entreprises de gros-œuvre et qui est régulièrement déplacé à la grue en suivant l’avancement des travaux.

Ce matériel a deux fonctions principales :

  • Assurer une circulation en façade pour les ouvriers durant les travaux.
  • Servir de support aux pieds des banches utilisées pour coffrer les murs de façade.

D’autres usages existent, comme support de coffrage de balcon par exemple, mais il s’agit de situations moins communes.

Pourquoi faut-il réaliser un plan de PTE ?

Il faut savoir que dernièrement, la recommandation française R464 est parue. Elle traite spécifiquement de l’usage des PTE et précise un certain nombre de nouvelles obligations relatives à leur utilisation.

Cette norme impose notamment qu’un plan de calepinage de PTE soit établi par une personne habilitée à le faire dans l’entreprise. Ce sera donc généralement votre rôle.

Retenez que ce plan répond à une obligation réglementaire, et n’est en rien accessoire.

Tout d’abord, il faut comprendre la logique du raisonnement.

Une passerelle est suspendue en façade. Son plancher de travail doit se trouver au même niveau que la dalle sur laquelle les ouvriers travaillent.

Si les ouvriers doivent coffrer les voiles du R+1, c’est qu’ils sont en train de travailler sur le plancher haut du RDC. Les passerelles dont ils ont besoin se trouveront donc en appui contre les voiles du RDC.

Puisque un plan béton armé regarde vers le haut, c’est donc sur le plan du RDC que nous devons travailler.

Nous allons utiliser le plan béton armé du RDC pour produire le plan de PTE servant à réaliser les voiles du R+1.
Il est important de comprendre cette logique pour comprendre la suite.

Il n’est pas nécessaire d’utiliser systématiquement des PTE. On distinguera trois cas :

  1. La façade du R+1 s’aligne avec celle du RDC : on a besoin d’une PTE
  2. La façade du R+1 se rétracte par rapport à celle du RDC : si le retrait suffit à poser les pieds de banche, on n’a pas besoin de PTE. On mettra en place les sécurités collectives habituelles.
  3. La façade du R+1 déborde par rapport à celle du RDC : il faudra prévoir un support pour coffrer le porte-à-faux et les voiles du R+1. On utilisera alors souvent des tours d’étaiement, mais d’autres solutions existent.

La première étape du travail consiste donc à reporter sur le plan du « plancher haut RDC » l’impact des voiles du R+1. Il suffira ensuite d’analyser le plan pour déterminer dans quel cas de figure on se trouve, et ainsi repérer les zones à équiper en PTE.

Maintenant que nous savons où les mettre, nous pouvons placer les PTE sur le plan.

En fonction de la marque du matériel employé, les tailles de modules fluctuent, de même que les dimensions d’ouverture des rallonges latérales.

Il faut donc vous munir de la documentation technique de votre matériel et vous y tenir scrupuleusement.

Ce qui est vrai quel que soit le matériel est qu’il est préférable d’utiliser en priorité les modules de grande taille, et de décliner ensuite sur des petits modules. Pourquoi ? Car une PTE = un coup de grue pour la déplacer. Plus il y aura de PTE sur votre plan, plus la saturation de grue sera impactée.

Pour faire une rotation de banches il faut optimiser l’emploi du matériel. Il en est de même pour le plan de PTE. La différence est que pour une rotation, on optimise d’un jour sur l’autre. Ici, nous allons optimiser d’un étage sur l’autre.

Il est donc impératif de faire les plans de PTE de tous les étages d’un bâtiment simultanément.

Le premier plan de calepinage à produire devra être le celui du plus « tronçonné » des étages, c’est-à-dire celui où l’on trouvera la plus grand nombre de petits modules.

Le deuxième plan à produire sera celui où vous aurez la plus grande longueur totale de zone à équiper. Utilisez en priorité le matériel du premier plan, puis ajoutez les modules manquants.

En produisant ces deux calepinages en priorité, vous pourrez dresser un listing de matériel qui vous suffira dans la quasi-totalité des cas à équiper les autres niveaux, ce qui vous permettra d’optimiser l’emploi de votre matériel.

Une fois tous vos plans établis et votre matériel optimisé, vous pouvez passer à l’étape de la création du document imprimable.

Le chef de l’équipe de voile devra incorporer dans les voiles de façades les cônes servant de réservation pour le passage des attaches volantes servant de support aux PTE. Il devra donc connaitre la position exacte de ces cônes.

Par conséquent il faudra coter la positon de chacune des attaches volantes sur votre plan de calepinage de PTE.

Une fois cette cotation ajoutée à vos plans, vous pourrez créer votre présentation et l’imprimer.

Bien que fastidieux, ce travail de calepinage est nécessaire sous plusieurs aspects : il répond à une obligation réglementaire, il permet d’optimiser l’emploi du matériel et donc d’augmenter votre marge, et il sert de document d’exécution à destination des chefs d’équipes et chefs de chantier.
Il est donc important d’apporter un grand soin à ce document !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.